Depuis un moment, le cœur n’y est plus. Vous n’arrivez plus à avancer. Votre corps a ralenti son rythme. Même quand vous voulez en faire davantage, vous n’y arrivez pas, votre corps n’y arrive pas.

Et là votre moral est tombé très bas. “ Quand le corps ne va plus, le moral ne va plus, c’est un cercle vicieux”.

Non seulement vous vous sentez faible, votre corps est ralenti, en plus, vous ne voyez pas d’issue possible à cette situation.

 

Je vous propose 5 étapes pour remonter votre moral : eh oui, c’est possible…

 

 

1 – la première est de ne pas écouter les personnes qui vous disent, votre épuisement, c’est dans la tête. C’est faux !

Les personnes épuisées témoignent du manque d’écoute qu’elles vivent dans cette situation. L’entourage ne comprend pas. Certains professionnels ne comprennent pas non plus, d’ailleurs !

Une de mes clientes m’a parlé de cela. Au moment le plus difficile de son burn-out, son moral était au plus bas. Elle entendait “c’est dans ta tête”. Et ça m’a-t-elle dit, cela n’arrangeait rien !

Quand l’entourage et les professionnels disent cela, ils manifestent leur incompréhension face à une situation aussi complexe et douloureuse qu’est l’épuisement. Je n’y comprends rien, cela me dérange, je ne veux pas entendre, alors cette phrase donne une indication de mise à distance, un silence.

 

2 – Savoir que sortir de l’épuisement est possible :

 

oui c’est possible. De plus en plus de personnes témoignent de leur vécu de burn-out, et ce qui se passe après.

Lorsque vous êtes au plus mal, dans la période la plus difficile, vous ne savez pas ce qui vous arrive, vous n’arrivez plus à avancer. Votre moral a fait une chute vertigineuse, l’espoir a disparu. Vous avez perdu l’espoir de sortir de cette situation. L’avenir est fermé.

J’ai vécu cette situation, et j’en suis sortie. Cela n’a pas été simple. Je n’ai pas été entendu par les professionnels de la santé :

  • ils n’entendaient pas cette fatigue, 
  • les causes formulées ne n’étaient pas les bonnes,
  • ma fatigue leur posait un problème insoluble.

Alors, j’ai cherché, seule, et j’ai fini par trouver un chemin de guérison. Il est unique, c’est le mien. C’est la raison de ma communication sur ce sujet, pour vous aider à y voir plus clair et vous donnez des pistes pour avancer.

 

 

3 – Renforcer son corps pour sortir de l’épuisement :

 

je reprends cette phrase : quand le corps ne va plus, le moral ne va plus, c’est un cercle vicieux.

Quand le corps ne va plus. Oui c’est une information importante à savoir, si vous êtes fatiguées, épuisées, votre corps ne va pas. Il s’est affaibli, parfois beaucoup. Vous le sentez par la difficulté à vous lever le matin, par les douleurs, par le ralentissement. Votre corps s’est mis en mode économie d’énergie (c’est sa réaction parce que vous avez peu d’énergie, donc il l’économise), votre humeur est fluctuante, souvent triste. Vous tombez malade, souvent.

La ou les causes de cette situation sont nombreuses. Elles sont spécifiques à chacune. Oui, parce que nous sommes toutes différentes. C’est la charge de stress au quotidien qui va avoir une répercussion négative sur votre corps et l’affaiblir.

 C’est également important de savoir que nous n’avons pas toutes la même physiologie (c’est-à-dire que notre corps est plus ou moins fort, et cela nous ne le savons pas, donc, nous n’agissons pas pour le renforcer).

 

 

Ici, vous trouverez un article sur ma vision de certaines causes de la fatigue actuelle des femmes.

 

 

Ma cliente faible, épuisée, triste est allée voir un médecin, il lui a dit : la porte de sortie de l’épuisement est de renforcer son corps. Elle ne l’a pas fait à ce moment-là, cependant ce message a fait son chemin.

 

Je vous propose de lire cet article : le syndrome d’épuisement : une synthèse. Il va vous aider à comprendre d’où vient votre fatigue chronique/votre épuisement. Me Laurence Dejardin nous explique que cet état vient bien de notre corps.

 

 

 

Et cela nous permet de voir que cette phrase, c’est dans la tête ; est fausse. L’origine du burn-out est dans le corps. Donc pour aller mieux, il faut s’occuper de son corps et des causes du stress dans votre vie.

 

4 – comment s’occuper de son corps, le renforcer ?

 

 

a) d’abord en décidant de prendre soin de vous et d’en faire une priorité.

 Oui, vraiment. J’insiste ! En faire une priorité.

En plus, si vous êtes maman, les enfants passent souvent avant. Pourtant, écoutez-vous ! Que ressentez-vous ? Un ras-le-bol, une pause vous ferait du bien.

Pourquoi j’insiste. Parce que cet affaiblissement du corps est sérieux, il va nécessiter un engagement de vous à vous pour vous donner les moyens d’en sortir. 

Je me présente. je suis Carole Mary, je suis infirmière et psycho-praticienne. J’accompagne les femmes, les mamans à sortir de la fatigue, de l’épuisement pour retrouver du mieux-être, de la vitalité, de l’élan pour faire face à leur vie. 

Dans le cadre de mon activité de psycho-praticienne, j’ai remarqué ceci, les adultes qui viennent me voir ne s’aiment pas, ou si peu. C’est surprenant d’ailleurs. Le travail de restauration de l’amour de soi prend du temps. Et quand il n’y a pas d’amour, il n’y a pas le moteur pour prendre soin de soi et de son corps.

C’est au cours d’une situation très douloureuse comme l’épuisement qu’une personne va prendre la décision de demander de l’aide à un professionnel qualifié.

 

b) comment renforcer son corps ?

 Par un processus appelé la régénération. Vous ne connaissez pas ce mot, probablement. C’est un ensemble d’actions qui vont amener le corps à se restaurer, à se renforcer. 

joie
Vivante !

C’est d’abord ralentir, se reposer, puis alterner des périodes d’activité physique et de repos, en écoutant vos limites pour vous renforcer, et, non pour vous fatiguer à nouveau. Le sport renforce le corps. Si vous êtes trop fatiguée, vous pouvez marcher, un peu chaque jour, 15 minutes, puis augmenter. Organiser une sortie avec une amie, parce que quand le moral ne va pas, vous allez avoir du mal à organiser des sorties pour vous-même.

Vous nourrir avec une alimentation de qualité, avec des aliments crus, des fruits et légumes consommés sous leur forme la plus simple, des salades en début de repas, des goûters de fruits, des smoothies. ou des soupes. Vous connaissez les soupes crues ? c’est à découvrir. En plus elles sont chaudes. Parfait pour l’hiver.

Est-ce que vous savez que des personnes aujourd’hui ne mangent jamais de fruits ou de légumes crus ? Je ne parle pas des 5 fruits et légumes recommandés sous n’importe quelle forme. Je vous parle de fruits, légumes consommés crus avec leur richesse en vitamines, en micronutriments, (totalement détruits à la cuisson). Alors plutôt que de manger un gâteau en cas de petit creux, que diriez-vous de vous régaler avec une orange juteuse ou une pomme verte ou rouge ? Vous savez, celle de nos campagnes qui poussent à deux pas de chez nous.

 

c)  prendre le temps de faire le point

de mettre des mots sur les maux de votre vie. C’est le moment de comprendre ce qui se passe, c’est ça aussi prendre soin de soi.

 

d)  prendre le temps de respirer, doucement, efficacement

pour amener de l’oxygène à chaque cellules de votre corps. Nous vivons en hypoxie, cela veut dire que notre corps, nos organes manquent d’oxygène pour accomplir leur tâche. Alors prenons le temps de respirer. Un autre bénéfice à cette respiration est la détente que cela procure.

 

e) découvrir ce principe fondamental du vivant, la loi de l’homéostasie

Tout système vivant laissé au repos retrouve son état d’équilibre, il revient spontanément à l’état d’équilibre. C’est une excellente nouvelle, celle du retour vers un corps plus fort, à condition de lui en laisser la possibilité, en ralentissant, en alternant des périodes de repos et des périodes d’activité.

 

5 -cette piste-là est une proposition à ne pas rester seule avec ce problème-là.

C’est trop dur, et, seule, nous avons tendance à tourner en rond dans nos problèmes et nos ruminations qui en découlent.

Une amie qui a connu un burn-out m’a confié sa solitude, personne dans son entourage ne comprenait, surtout quand elle disait non à une sortie. Eh non, elle n’avait plus le jus pour aller se balader en famille et ça ses proches ne le comprenaient pas.

Une autre femme m’a confié que d’avoir été voir une psychologue lui a sauvé la vie, dans cette période si difficile pour elle.

ne pas être seule 💐

Je reprends une phrase de Me Laurence Déjardin dans l’article dont je vous remets le lien ICI, la relation est un facteur de guérison.

 

 

Voyons cela :

Des études faites sur les guérisons remarquables, inattendues, chez des personnes atteintes de maladies incurables, ont guéri de façon inattendue. Quand on creuse l’histoire de ces personnes atteintes, ici, de cancers, ce qui les a amené à la maladie est une situation de désespoir /impuissance (l’inhibition de l’action). On le retrouve dans la physiologie du stress.

Ce qui amène le stress, ce n’est pas l’agent stresseur, c’est la façon dont on réagit à l’agent stresseur qui est déterminant. Si, on ne peut pas répondre à l’agression en fuyant ou en luttant, cela crée le désespoir. 

Ce qui est observé, c’est que les personnes non accompagnées vont mourir comme attendues, et celles qui ont eu un nouveau mode relationnel qui a redonné l’espoir ont toutes guéries. 

C’est le sentiment d’être impuissant face à une situation qui amène la personne a tombé malade. Ce qui répare, c’est de trouver une relation qui a un autre regard sur la vie, sur ce qui se passe, qui amène à penser que c’est faux qu’on est pour toujours impuissant.

Voilà, Mesdames, des pistes pour vous aider à retrouver le moral perdu dans cette situation.

Merci pour votre lecture.

Carole 💐

Partager