Comment vous reposer quand vous êtes fatiguée ?

 

Et bien en vous reposant !

 

C’est une blague ? De quoi parle cette dame qui écrit cet article ?

Je vous parle de mon expérience et je fais un peu d’humour. Ba oui, avec un sujet si sensible et pénible qu’est la fatigue, un peu de légèreté s’impose  😉

 

Alors, voyons ensemble cher lecteur, lectrice.

 

Le repos, c’est « ne rien faire ». Et je sais qu’en l’écrivant, vous êtes nombreux, nombreuses à ne pas réussir à vous poser, à vous arrêter, à ne rien faire. Une petite voix pourrait tourner dans votre tête, pas très gentille, jugeante, vous faisant ressentir de la culpabilité. Pourtant c’est ça la clé du repos, c’est de ne rien faire.

 

Je me souviens d’avoir participé à un groupe de psychothérapie. Un jour, le sujet s’est porté sur le repos. Et bien plusieurs personnes faisaient le constat de ne pas arriver à se reposer.

 

Mon histoire

 

Pour ma part, je n’ai pas eu le choix. Je me suis retrouvée tellement faible, à un moment donné, que je n’ai pas eu d’autres choix que de m’arrêter, et de me reposer.

À 46 ans, j’ai vécu un burn-out, sévère. Mon corps était totalement épuisé. J’avais du mal à me lever le matin.

Ma tête fonctionnant plutôt bien, je veux dire que mon moral était resté bon, ce qui n’est pas toujours le cas, j’avais un ralentissement du flot de mes pensées.

J’en ai profité pour mettre mon corps au repos. Je me suis allongée, j’ai lu et j’ai découvert le bonheur incroyable d’apprendre à travers de nombreuses vidéos que je regardais. 

Je l’ai fait pendant plusieurs mois, plusieurs années. Et je continue car je sens que ce repos me fait du bien. Alors vu de l’extérieur, ce n’est pas très drôle, pourtant je ressens une grande satisfaction à répondre à mon besoin de repos. 

 

Je suis Carole Mary, infirmière et psycho-praticienne. Vous connaissez l’histoire du cordonnier le plus mal chaussé !  Alors je vous propose de lire cet article pour en savoir un peu plus sur moi. J’ai nommé cet article : quel est le comble pour une infirmière ?

 

Se reposer :

 

C’est effectivement ne rien faire. C’est surtout limiter ses mouvements. Parce que c’est dans le repos du corps que vous allez récupérer de l’énergie vitale, cruellement diminué en cas de fatigue.

Je vous explique. Nous avons tous et toutes un capital d’énergie vital. Nous ne sommes pas égaux face à cette énergie, certains en ont plus que d’autres. Les personnes en ayant moins vont être sujettes plus facilement à la fatigue.

En le sachant, il est intéressant de prendre soin de son énergie, de se reposer plus que les autres. En faisant une sieste, par exemple, où en se couchant un peu plus tôt le soir, en prenant régulièrement des vacances, ou des week-ends prolongés pour permettre à son corps de récupérer.

 

Comment savoir si vous avez une énergie vitale basse ?

Si vous êtes actif que vous arrivez à faire des voyages, à prendre le train, vous déplacer et aller voir des amis, que vous êtes actif sur un plan physique, vous faites du sport facilement, c’est que votre énergie vitale est bonne. 

Si vous sentez qu’avec le temps vous avez ralenti, vous êtes moins actif, vous sentez une certaine difficulté à accomplir vos actions quotidiennes, c’est que votre énergie vitale est basse.

 

Et une des clés extraordinaire pour remonter son énergie vitale c’est le repos. dormir, s’allonger sur un transat à l’ombre d’un arbre avec un livre. S’asseoir dans un bon fauteuil en écoutant votre musique préférée.

 

lire dans la nature 🌸

 

Voici une proposition pour lire l’article : Comment retrouver de moral lors d’un épuisement : 5 étapes

 

Plusieurs cas de figure :

 

🦋 vous êtes surmenée, sollicitée en permanence. Vous n’avez pas senti votre rythme s’accélérer. Et pourtant, le réveil matinal devient difficile, votre attention à baissé, la nervosité est apparue, la fatigue s’installe petit à petit.

Vous avez réduit vos activités le temps d’un week-end. Malgré cela la fatigue persiste.

Vous allez avoir besoin d’un long temps de repos pour récupérer de ce surmenage. Je parle en terme de semaines.

Lors de mon dernier atelier, où j’avais réuni des femmes fatiguées, deux d’entre elles avaient été surprise d’avoir eu autant de mal à récupérer malgré leurs vacances. Elles avaient ressenti un fort sentiment de frustration de ne pas pouvoir profiter pleinement de ce temps-là.

Oui, le temps de récupération après une période intense, une période de surmenage va être long. D’ailleurs certaines personnes ont besoin d’un arrêt-maladie parce que leurs corps n’en peut plus. Les limites du corps ont été dépassées.

 

🦋 vous avez un rythme plus calme et pourtant la fatigue se fait sentir. Vous sentez que vous avez du mal à être dynamique, vous vous sentez faible par moments. Cela parle du niveau de votre énergie vitale. Comme je l’ai expliqué plus haut, il est bas.

Le savoir est aidant, cela permet de mieux se connaître. De répondre à ses besoins de repos.

 

 

🦋 vous pouvez avoir ralenti votre rythme avec les années sans vous en rendre compte. Vous avez arrêté le sport, vous prenez votre voiture pour aller chercher le pain, vous avez envie de râler quand votre enfant vous dit « maman tu peux venir » parce que vous sentez au fond que votre corps a du mal à se mobiliser.

Ici, votre énergie a diminué lentement mais sûrement, chaque année davantage.

Le repos, va être indispensable.

 

Voilà, je vais m’arrêter là.

Je trouve que la difficulté pour beaucoup de s’arrêter, de se reposer mérite un article.

 

J’espère que cette lecture vous a aidé.

 

Merci 💐💞🙏

 

Carole 

Partager