Si vous êtes là avec moi, c’est que cette phrase a attiré votre attention.

 

« j’ai tout pour être heureuse et pourtant je ne le suis pas »

 

Voyons un peu, j’ai un toit, j’ai du chauffage, j’ai des habits pour protéger mon corps, pour être jolie, j’ai une famille, je suis mariée ou pas, j’ai des enfants ou pas, j’ai des sous dans mon porte-monnaie et encore, parfois il est un peu plat ! J’ai des activités pour me distraire, de la lecture, le cinéma, le théâtre… et des amis.

Ah ! j’oubliais, je mange à ma faim 😂

Un post sur Facebook circulait avec cette phrase et ce texte. Cela m’a inspiré. 

Oui, j’ai tout cela ou presque. Et vous chère lectrice, avez-vous tout cela ?

 

Alors vous et moi avons tout pour être heureuse !

 

Et pourtant, si j’écoute, si je m’écoute, si vous écoutez ce qui se passe à l’intérieur de vous,, qu’en est-il vraiment ? Elle est où l’étincelle de bonheur, de joie qui change tout ?

Partie, cachée, planquée sous une couche, ah non plusieurs couches ! Mais des couches de quoi ?

Avez-vous remarqué la quantité de médicaments pris pour lutter contre la dépression, l’anxiété, les insomnies ? Elle est importante. Et surtout ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est qu’il y a de nombreuses personnes qui n’arrivent plus à s’en passer.

femme triste
Cette tristesse

Je suis toujours très touchée par les enfants qui sont tellement tristes qu’ils se retrouvent sous-antidépresseurs. Mais est-ce que enfance rime avec tristesse ?

Alors, si je n’arrive pas à être heureuse c’est qu’il y a quelque chose qui m’en empêche !

Je vous explique :

 

notre nature profonde, notre Être, notre Soi, est amour. Avec cet amour irradie la joie, le bonheur, c’est notre nature et pourtant, beaucoup sont tristes, malheureux, en colère, agacé…

Pourquoi : parce que nous sommes tombé dans le piège de l’ego. Du « je suis, je veux ». L’ego est une surface, quelque chose d’appris depuis notre conception, c’est notre manière de voir le monde, à travers un regard limité, petit. C’est le Moi, décrit en psychanalyse.

C’est cette partie-là de nous-même que nous rencontrons en allant voir un psy. Avec cette personne, j’apprends à me connaître, à connaître les autres et à voir le monde qui m’entoure, j’ouvre ma vision, je découvre mon ressenti.

Cette énergie du Moi est basse (qui peut expliquer une baisse de vitalité), elle alimente un mental (nos pensées qui tournent) en rond, avec des pensées pas toujours cool. Et, surtout c’est là que se trouve le mal-être.

 

Je vous propose de lire cet article pour aller plus loin : Désamorçons notre mental et son lot de pensées négatives.

 

Cette phrase : «  j’ai tout pour être heureuse et pourtant, je ne le suis pas », parle du mal-être vécu par tous. Si vous êtes heureuse, vous n’avez pas besoin de prendre un médicament pour lutter contre cette tristesse qui n’en finit pas.

 

Regardons ensemble :

la pratique méditative explose, le yoga, la sophrologie. Beaucoup de personnes recherchent autre chose. Quand vous méditez, vous recherchez en vous cette nature profonde qui est là, présente en chacun de nous, cette joie.

Joie, vie, amour

Rions pour être heureux

 

J’ai l’impression d’avoir été triste une grande partie de ma vie. J’ai 51 ans aujourd’hui, et j’ai une certaine émotion en vous écrivant ces lignes. Entre 30 et 50 ans, j’ai été triste. Je n’ai pas échappé à l’antidépresseur !

J’ai dit stop, je veux autre chose. Et j’ai découvert autre chose. J’ai découvert cette joie profonde. Je l’ai enfin trouvé. Quel bonheur !!!

Pour la trouver, j’ai enlevé des couches dont je vous ai parlé au-dessus. J’ai d’abord pris un engagement vis-à-vis de moi-même. Celui de m’aimer, de me considérer, de me donner ce qu’il y a de meilleur, une alimentation de qualité, des relations de qualité, jeûner, respirer, méditer, vivre en harmonie avec la nature.

À force de patience et de persévérance, je goûte le résultat. Et ce résultat c’est la joie.

 

Pour aller plus loin : pour être une maman épanouie, 11 points essentiels

 

 

Alors ces couches : il y a 

 

  • l’égo,
  • les émotions inappropriées (colère, tristesse, culpabilité, honte),
  • les loyautés familiales, elles sont nombreuses,
  • un corps ignoré, malmené,
  • un mental sur développé,
  • les blessures profondes méconnues et non guéries,
  • des réactions disproportionnées,
  • des conflits du passé qui reviennent parce que non solutionnés.

J’ai écouté un homme, il y a quelques années qui disait que la guérison du corps/esprit/cœur se manifeste, se ressent par la joie. À l’époque, j’ai mesuré que la joie m’avait quitté. Et que je ne voyais pas le bout du tunnel.

Avec des changements significatifs, la joie est là. C’est un cadeau, un miracle dirait certain. Et pourtant c’est bien ce que je vis, à force d’y croire, d’agir chaque jour, de persévérance et de patience, le résultat est là.

Je vous souhaite de retrouver la joie. C’est du bonheur.

Et entre nous, je n’ai pas besoin de beaucoup plus, et vous de quoi avez-vous besoin ?

Merci pour votre lecture

Carole

Partager