Je ne sais pas vous, mais moi j’ai horreur d’avoir froid !

Et en ce moment, un yoyo est entré dans le thermomètre, il fait un froid à pierre fendre, il fait chaud, je ne sais pas comment m’habiller. Il fait humide, même le linge ne sèche pas. Et parfois même, le soleil brille de 1000 éclats, là mon cœur revit, incroyable non !

Quand la gelée fait son apparition, j’ai froid. Et pas n’importe comment. Le froid est dans mon côté droit et plus particulièrement, dans ma jambe et mon pied. Comme si la glace était entrée dans ma chair.

J’ai souvent froid dans mes extrémités, mes pieds, mes mains, ma tête, au point de mettre un bonnet, même dans ma maison pour réchauffer mon nez et mon cerveau. Oui certaines fois, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour réchauffer le bout de mon nez.

Une cliente m’a dit : « je ressens un froid pas normal », je n’arrive pas à me réchauffer. Pas normal parce que c’est un froid qui s’installe, intense, un de ceux dont on n’arrive pas à se défaire facilement. Comme si le givre qui recouvre la nature au petit matin, s’installe dans son corps.

J’ai connu de nombreux hivers difficiles. Le froid m’a paralysé. Je n’arrivais pas à me réchauffer. Par moments, la dépression m’amenait à me replier. Pour éviter le manque de lumière, j’aurais bien fait comme les marmottes, me blottir au fond de mon terrier et dormir, dormir…

hiberner comme une marmotte
Chère marmotte

Et vous ? Comment vivez-vous ces baisses de températures ? Quelle est la réaction de votre corps ? Est-ce que vous savez comment il s’adapte ?

À chaque changement de notre environnement météo, température, climat familial, climat professionnel, l’annonce d’événements plus ou moins impactant, notre corps s’adapte…  C’est la définition du stress.

Oui, je parle d’adaptation. Nous nous adaptons ou pas à une situation qui change. Notre système adaptatif est plus ou moins performant. 

Si vous ressentez un froid pas normal comme dans l’exemple de ma cliente, c’est que votre corps n’arrive pas à réguler sa température. D’ailleurs vous pouvez remarquer que vous souffrez également pendant les canicules de l’été, quand l’air est devenu une fournaise.

C’est un des signes d’une faible adaptation. Avoir froid à ce point est le signe d’un corps qui a perdu sa capacité à s’adapter, au froid.

J’ai une bonne nouvelle. Il est possible de sortir de cet état, de renforcer son corps. J’aime cette phrase « aimer ce qui me rend plus forte ». J’ai vécu une longue période d’épuisement. Mon corps n’en pouvait plus. Je n’ai rien vu venir, je n’ai pas compris. Cet affaiblissement, je l’ai subi. Aujourd’hui, j’ai inversé cette tendance. Je crée une spirale vertueuse où je renforce mon corps. Et devinez quoi, la faiblesse a disparu, youpi, quelle joie !

Je vous invite à découvrir mon article : Comment je suis sortie de l’épuisement durablement

Pour ne plus subir le froid, j’en fais un challenge. J’en profite, pour améliorer ma capacité à m’adapter aux températures basses. Et ça marche. J’ai moins froid. J’enlève une couche. Je marche les jours de grand froid. Je prends des douches froides toute l’année.

Pour en savoir plus sur ma démarche face à l’hiver, je vous invite à lire cet article : mes 3 habitudes indispensables pour vivre un hiver serein.

Et vous ? Où en êtes-vous avec cette frilosité ? Aviez-vous fait un lien avec votre fatigue ? Votre épuisement ?

Je vais terminer mon article avec la phrase suivante : pour avoir des résultats que nous n’avons jamais eus, il faut faire des choses que nous n’avons jamais faites.

Voyez, c’est ce que je fais depuis bientôt 6 ans maintenant, j’ai des actions différentes, comme de faire du froid un challenge. Mon intention est d’aider mon corps à s’adapter aux variations de température.

Pour sortir de cette spirale négative où votre corps ne s’adapte plus aux températures basses, vous devez changer vos actions.

Merci de m’avoir lu 💐

Carole

PS : je suis intéressée de connaître votre vécu du froid. Vous me laissez un commentaire ?

 

Partager